A lire aussi

21-07-2017 10:01

Eaux territoriales : Les Îles Canaries chauffent Madrid à blanc

Le projet de loi marocain de délimitation des eaux territoriales a été débattu au Parlement…
Rejoignez nous sur :
Business

Signé Diamantine Héritage, le nouveau concept de la filiale habillement de Softgroup est dédié à la promotion du terroir marocain. Huiles d'argan et de figues de barbarie, amlou et miels produits par des coopératives seront en vente dès la mi-juin dans tous les magasins Diamantine au Maroc et à l'étranger.

Diamantine a la passion de la tradition. Après le succès de ses tenues traditionnelles, la marque lance une gamme dédiée au terroir marocain. En effet, à partir de mi-juin, toutes les boutiques au Maroc et à l'étranger vont commercialiser des produits cosmétiques et alimentaires. Eau de roses, huiles d'argan et de figues de barbarie, ghassoul, amlou, miels, confitures etc, produits  par des coopératives partenaires seront proposés à la clientèle à des prix très compétitifs sous la marque Diamantine Héritage. «L'objectif est non seulement de valoriser la richesse de notre patrimoine mais aussi de contribuer au développement de l'économie solidaire, un secteur créateur d'emplois», souligne Abdellatif Kabbaj, directeur général de Softgroup. Affichant la mine des grands jours en annonçant ce nouveau concept, il a le sentiment du devoir accompli. Accompli envers ce patrimoine que la maison Diamantine, créée en 2002, a pour ADN et qui lui permet de récolter les fruits de sa passion. Si les chiffres demeurent confidentiels, le développement de la marque à travers le territoire et à l'étranger témoigne de son succès.

Aujourd'hui, le réseau compte une centaine de boutiques au Maroc, en Algérie, au Moyen-Orient, en Europe et en Amérique du Nord. La marque qui emploie 450 personnes dont 300 au Maroc a encore d’autres projets notamment au Liban où l’ouverture de 5 à 7 magasins est prévue d’ici 2018, après l’inauguration d’un premier magasin au cœur de la capitale, en mai dernier. Déjà, les premiers signes du succès sont là, les Libanais sont séduits par les gandouras, sarouels, tuniques et les tenues beachwear, dernières nouveautés de la collection printemps-été 2017 conçue par les designers du groupe.


Carte de visite

Créée en 1918, Softgroup est aujourd’hui une des plus importantes holdings opérant dans les domaines de l’industrie, de l’immobilier et de la distribution. Appartenant à la famille Kabbaj, le groupe doit sa réussite à une gestion parfaitement maîtrisée. À lui seul, le domaine industriel (textile habillement et technique) représente un chiffre d’affaires d’environ un milliard de DH par an dont la moitié à l’export. Il emploie 3.500 personnes directement et 15.000 indirectement. Softgroup a investi sur les trois dernières années près de 500 MDH dans l'industrie et la distribution dans le cadre des écosystèmes industriels.


Une usine en projet en Algérie

Abdellatif Kabbaj
Directeur général de Softgroup

Les Inspirations ÉCO :  Vous avez un projet d'usine en Algérie ?  
Abdellatif Kabbaj  :  Avant de parler de l'usine, je précise que nous commercialisons nos produits en Algérie depuis de nombreuses années via 20 magasins et dans un avenir proche, nous en aurons une cinquantaine. C’est la raison du projet d’usine qui sera destinée à fournir le marché algérien. Deux études sont en cours, pour deux usines exactement. L'une pour l'habillement et l'autre pour le textile technique. L'installation se fera à Oran ou à Alger.

Pourquoi le choix de l’Algérie ?
Pour des raisons de proximité et de prix : en effet le textile technique est une activité très énergivore et l'énergie y coûte quatre fois moins cher qu'au Maroc. Quant à l'habillement, en plus du coût énergétique,   est une activité omnivore. Le Smig y est deux fois moins cher qu'au Maroc. Il y a aussi une main-d'oeuvre importante qu'il faut toutefois former.  

Combien de personnes pensez-vous recruter ?
Dans un 1er temps on devrait recruter une cinquantaine de personnes dans l'habillement et une trentaine pour le textile technique. C'est ce que fait ressortir notre étude.  

Quand pensez-vous démarrer l’activité ?
L'usine devrait ouvrir en 2018

Enfin, avez-vous d'autres projets sur le continent ?
Oui. Nous avons des projets pour le développement du textile technique dans les marchés d'Afrique subsaharienne, notamment en Côte d'Ivoire et au Sénégal. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages