A lire aussi

18-08-2017 12:59

Barcelone avertie par la CIA d'un «possible attentat» il y a deux mois

La police espagnole aurait reçu un avertissement du service de renseignement américain concernant…
Rejoignez nous sur :
Business
Abdessamad Issami, président du directoire d'Umnia Bank

Umnia Bank, banque participative filiale de CIH Bank, de CDG et de QIIB, a été la première à ouvrir ses agences au lendemain de la réception de son agrément. Abdessamad Issami, président du directoire d’Umnia Bank explique les objectifs et les contrats qui vont être commercialisés.

Les Inspirations ÉCO : Vous êtes les premiers à ouvrir vos agences. Quel en est l’objectif ?
Abdessamad Issami : Notre promesse fut que nous démarrerions dès que nous aurions l’agrément et c’est désormais chose faite. Premièrement, nous avons ouvert nos agences,  pour recevoir nos clients car il y a beaucoup d’intérêt à ce niveau là.  Deuxièmement, il s’agit de  vulgariser les concepts de la finance participative pour pouvoir simplifier aux clients les mécanismes de fonctionnement de la finance et de la banque participative. Enfin, il faut décrire l’offre que nous allons mettre à la disposition des clients une fois que la conformité sharia sera accordée aux contrats types.

Quels sont ces contrats types ?
Il y a au total quatre contrats types. Il y a la convention de compte, la «mourabaha», la «ijara» et les dépôts d’investissement participatif. Ces derniers sont des dépôts rémunérés sur la base d’un partage des résultats entre la banque et le client, il ne s’agit aucunement de taux où la rémunération est fixe indépendamment des résultats de la banque. La convention de compte pour sa part gère les dépôts non rémunérés. Ces quatre contrats sont toujours en cours de validation chez le comité sharia du Conseil supérieur des Oulémas (CSO).

Il s’agit de contrats types pour l’ensemble de la profession ?
Nous avons choisi d’établir des contrats modèles pour l’ensemble des banques pour soulager le CSO et lui permettre de valider pour toute la place un ensemble de contrats. En effet, si chacune des banques venait à soumettre ses propres contrats, le conseil serait inondé. Par ailleurs, il se peut qu’il y ait des ajustements sur ces contrats types par la suite chez les uns et les autres.

Comment se sont déroulés ces préparatifs ?
L’élaboration des modèles de contrats est un travail de toute la place. C’est à travers des comités interprofessionnels que l’ensemble des modèles a été construit avec Bank Al-Maghrib qui les a soumis ensuite au CSO. Cette élaboration a démarré depuis février de cette année mais chacune des banques disposaient déjà de ses propres modèles de contrats qu’elles avaient préparé de leur côté.

Qu’en est-il des contrats Moucharaka et Moudaraba ?
Il n’y a pas eu de travail de la place sur ces modèles de contrats.

Comment la clientèle a-t-elle accueilli l’arrivée d’Umnia Bank durant ses premiers jours ?
Il n’y a pas eu d’ouvertures de comptes car nous ne sommes pas habilités à le faire tant que les contrats types ne sont pas validés par le CSO. Nous avons passé notre temps à expliquer à la clientèle notre offre et à vulgariser les concepts. Nous avons ouvert trois agences et l’affluence était là. Il y a eu beaucoup d’intérêt. Des clients sont venus nous voir de différentes villes du Maroc assez éloignées de Rabat ou de Casablanca pour s’enquérir des produits.

Actuellement vous-êtes présents sur Casablanca et Rabat et vous venez de lancer une offre de recrutement de directeurs d'agences sur tout le royaume. Quelles sont les villes concernées ?
Effectivement nous recrutons pour plusieurs villes. Il s’agit notamment d’Oujda, Nador, Tétouan, Tanger, Rabat, Casablanca, Fès, Kénitra, El Jadida, Agadir, Guelmim, Béni Mellal ou encore Laâyoune.

Compte tenu de l’affluence affichée au lancement, allez-vous vous limiter au programme initial d’ouvrir dans 10 villes en cette année ou comptez-vous le dépasser ?
Nous allons dépasser les 10 agences annoncées. Comme nous avions l’ambition d’ouvrir en 2016, nous envisageons de réaliser durant cette année 2017 ce qui a été prévu à la fois pour 2016 et pour 2017.

Selon les médias confrères, vous n’offrez actuellement que l’ouverture de comptes et les virements, pourquoi ?
Nous disposons certes d’une offre qui couvre tous les besoins mais actuellement, même l’ouverture de compte n’est pas opérationnelle. Notre offre couvre la banque au quotidien avec les moyens de paiement qui sont la carte, le chèque, en plus des virements. Elle couvre aussi les financements, mais nous attendons la validation sur Mourabaha pour permettre à la clientèle aussi bien d’acquérir des logements que des biens d’équipement pour leurs activités, leurs déplacements ou encore leurs foyers.

Quand pensez-vous pouvoir démarrer la commercialisation de vos produits ?
Dès que nous obtenons la conformité sharia du CSO, nous allons démarrer la commercialisation.

Vous croyez que ça va tarder ou bien c’est imminent ?
Nous parlons de jours, pour ne pas dire deux ou trois semaines. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages