A lire aussi

14-12-2017 12:32

Climate Finance Day : Les acteurs s’engagent à accélérer le verdissement de la finance

Placée sous le signe de l’accélération de l’action, la 3e Climate Finance Day a mis en lumière les…
Rejoignez nous sur :
Business

L’objectif est d’atteindre une économie d’énergie de 20% à l’horizon 2020 et de réduire d’environ 16.000 tonnes les émissions en CO2. Des luminaires à haute puissance photo-énergétique seront testés.

Le concessionnaire casablancais Lydec a validé un plan d’action en vue de mettre en place de nouvelles technologies pour réaliser des économies d’énergie pour le segment de l’éclairage public. Les mesures préconisées s’appuient sur un Schéma directeur d’aménagement lumière (SDAL) qui devra assurer une modulation de l’intensité de l’éclairage. «Les enjeux sont liés à la contribution au développement et à la sécurité de la ville à travers l’élimination des points noirs, accompagner le développement urbain de l’agglomération ainsi que la maîtrise de la consommation d’énergie», indique la feuille de route validée par Lydec.

L’accompagnement du plan de développement de Casablanca reste également prioritaire au niveau des grandes voies ayant fait l’objet d’aménagements par la société Casa-Aménagement, avec 1.748 candélabres posés, qui devront permettre une économie d’énergie de 14%. À souligner que le plan d’actions efficacité énergétique (3EP) se focalise sur l’éclairage photovoltaïque, mais aussi sur l’optimisation des durées de fonctionnement et le changement des luminaires vétustes. La réalisation d’un diagnostic énergétique devra faciliter l’atteinte des objectifs recherchés que sont essentiellement une économie d’énergie allant jusqu’à 20% à l’horizon 2020 et la réduction d’environ 16.000 tonnes des émissions en CO2. Les données de Lydec indiquent que le nombre des points lumineux est passé de 95.000 en 2009 à plus de 145.000 en 2016, avec un taux de disponibilité qui a évolué durant la même période de 90 à 96,5% à Casablanca.

Le programme de l’efficacité énergétique devra également assurer une maintenance préventive et des opérations de renouvellement, ainsi qu’un traitement plus efficace des réclamations. Les indicateurs de performance du réseau montrent pour leur part que la durée d’allumage a régressé durant les 6 dernières années et est passée de 4.600 heures à 4.300 heures, parallèlement à l’amélioration de la satisfaction des usagers qui est passée de 70 à 92%. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages