A lire aussi

24-04-2017 12:18

Assurances : Se digitaliser ou subir

Le client ne se contente plus de la simple consommation «passive», tous les secteurs doivent…
Rejoignez nous sur :
Business

Après quatre années de négociations, NRJ débarque au Maroc. Un modèle économique où la radio devient le prétexte pour le business de l’évènementiel et permet de détourner les contraintes bureaucratiques et techniques du hertzien.

À  35 ans, Hakim Chagraoui affiche toujours la bouille d’un étudiant en école de commerce. Pourtant, il s’y est toujours ennuyé pour tomber très tôt dans la marmite de l’événementiel. «Je revendique l’école de la vie. Je n’ai jamais eu le temps d’étudier, mais j’avais hâte de créer mon entreprise», se souvient-il. Les stars qui défilent dans les concerts à Mazagan, c’est lui. L’organisation du match du Barça contre le Raja en 2012, c’était encore lui. Bref, le star-système n’a aucun secret pour lui et son carnet d’adresses est bien garni. Néanmoins, partir à la chasse à la franchise de NRJ est une autre paire de manches. «La négociation a duré quatre ans. Au final, l’accord avec le groupe NRJ porte sur un investissement de 30 MDH sur une période de cinq ans», précise Hakim Chagraoui, qui est aujourd’hui le directeur de NRJ Maroc.

Fin du tuning
Depuis la libéralisation des ondes en 2006 et le fleurissement des radios privées au Maroc, le modèle économique des stations FM adossées totalement au marché publicitaire semble s’essouffler. Dans cette configuration, NRJ se présente comme un «ovni» qui tranche totalement avec l’orthodoxie. «La Norvège a déjà abandonné la FM et le Royaume-Uni va lui emboîter le pas. Les autres pays ne peuvent pas arrêter la FM maintenant en raison des grands investissements consentis qui attendent amortissement. La tendance des objets connectés est en passe de rendre les anciennes technologies totalement caduques», précise le jeune directeur. «Le plus important reste le changement du comportement surtout chez les jeunes pour qui la notion du direct ou prime time à la télévision ou la radio ne signifie plus grand chose. Les gens veulent voir et écouter ce qu’ils veulent au moment qu’ils choisissent», analyse Hakim Chagraoui. Pour réussir cette entrée dans le marché de la radio au Maroc, NRJ mise principalement sur la téléphonie mobile. Sa force de frappe se résume à une force de pénétration de l’Internet au Maroc estimée à 50,4% et un parc mobile dépassant les 40 millions de clients. Exit le bon vieux tuning pour se brancher sur sa station préférée ! Place au téléchargement d’une application sur le web, qui donne accès à plus de 150 autres plateformes regroupant tous les goûts et les ambiances musicales.

La radio prétexte
Pour réussir son entrée au Maroc, NRJ va profiter des synergies rodées depuis plus de trois décennies par la maison-mère, qui est également propriétaire des chaînes Rires et Chanson et Nostalgie. Mais pour en bénéficier, il faut respecter la charte du groupe dans ses plus fins détails. «D’autres radios vendent des franchises, mais n’imposent rien à leurs clients», détaille Chagraoui.
Devenue la principale plateforme de diffusion des tubes planétaires, les artistes et les maisons de disques se bousculent au portillon de NRJ pour se frayer une place dans le TOP40 proposé par la station. «Les maisons de disques vont envoyer des artistes en tournée de promotion au Maroc. NRJ produira les concerts de ces stars devant un public qui assistera gratuitement au spectacle financé par de gros sponsors, principalement les banques et les sociétés de télécoms», révèle Chagraoui à Les Inspirations ECO. Une façon d’éviter le marché de la vente de billetterie qui n’a jamais décollé au Maroc, à l’exception près du spectacle du football. Par ailleurs, la promotion de ces stars au Maroc va générer du trafic local sur YouTube et, partant, plus de pubs dont les retombées seront distribuées entre le géant américain et la maison de disque des artistes.

Cash machine
L’autre arme fatale du groupe NRJ consiste en l’organisation de plusieurs évènements tels des concerts grand public, d’autres plus intimistes au format qui s’apparente à l’Unplugged lancé par MTV, sans oublier des soirées clubing sur les plages en été… Concernant la ville de Casablanca, NRJ a réussi à nouer un partenariat avec Casa Events , ce qui permettra à cette dernière de meubler son programme d’animation de la ville. Selon ce deal, la ville de Casablanca mettra à disposition de NRJ des lieux pour organiser les concerts. Même les opérateurs ne verront pas la couleur de l’argent des auditeurs comme à l’instar du schéma classique de fonctionnement des radios au Maroc. En clair, les auditeurs n’auront pas à payer les SMS surtaxés ou le téléphone pour contacter la radio, puisque c’est NRJ qui appelle ses auditeurs dont le nombre est estimé actuellement à 300.000 personnes branchées quotidiennement à NRJ France. Une cible prioritaire que NRJ Maroc compte capter au Maroc. Et la HACA dans tout cela ? À ce jour, il existe un vide juridique abyssal concernant la gestion des web radios au Maroc et le virage de la radio digitale est passé sous silence. Selon le principe de qui ne dit mot consent, NRJ commencera donc à diffuser à partir du 25 mars.   

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages