A lire aussi

13-12-2017 10:50

Renault Maroc : «Tkayes School», à fond la prévention!

En lançant, du 30 octobre au 15 décembre, sa 4e campagne de sensibilisation aux risques routiers,…
Rejoignez nous sur :
Business

Les exemples où ce type de béton est utilisé sont légion : pont Moulay El Hassan du Bouregreg, pont à haubans de Rabat, marina de Casablanca, barrages, projet Wessal Casablanca Port, grand théâtre de Casablanca, pont de Sidi Mâarouf, etc...Son usage offre plusieurs avantages.

C’est devenu un réflexe au Maroc : le béton durable, régi par la norme NM 10.1.008, est depuis une quinzaine d’années systématiquement utilisé dans la construction des grands ouvrages de bâtiments et travaux publics et de génie civil. Aujourd’hui, les exemples d’infrastructures et d’édifices construits avec ce type de matériau se comptent par dizaines. On peut notamment citer les cas du Pont Moulay El Hassan du Bouregreg, du Pont à haubans servant d’autoroute de contournement de la ville de Rabat, de la Marina de Casablanca, des Barrages, du projet Wessal Casablanca Port en cours, du Grand théâtre de Casablanca, du Pont de Sidi Mâarouf également en cours, etc…Et selon toute vraisemblance, l’élan n’est pas prêt de s’estomper, car construire suivant l’approche durable offre plusieurs avantages.

En effet, cette méthode permet à un ouvrage de résister au cours du temps aux diverses agressions et sollicitations (physiques, mécaniques, chimiques, …) c'est-à-dire aux charges auxquelles il est soumis, ainsi qu’aux actions telles que le vent, la pluie, le froid, la chaleur, le milieu ambiant…tout en conservant son esthétisme. Mieux, à travers sa mise en œuvre, qui se fait par l’application de principes normatifs, on peut facilement situer la durée de vie d’un ouvrage. Par exemple, le Pont Moulay El Hassan du Bouregreg a été dimensionné pour résister sur une durée de 120 ans.

La durabilité se base sur des indicateurs mesurables. Les processus de mesure sont certes complexes, mais la NM 10.1.008 prévoit pratiquement tout pour permettre aux ouvrages de BTP et de génie civil de résister aux effets néfastes de l’environnement. En effet, elle aborde presque tous les domaines liés au béton : le domaine d’application ; les références normatives de tous les constituants du béton (ciment : NM 10.1.004 ; adjuvants : NM 10.1.109 ; Granulats : NM 10.1.271 ; Eau de gâchage : NM 10.1.353) ; les définitions, symboles et abréviations ; les classes d’exposition ; les exigences relatives au béton et les méthodes de vérification ; les spécifications des bétons ; la livraison du béton frais ; le contrôle de conformité ; le contrôle de production ; l’évaluation de la conformité et la désignation des bétons à propriétés spécifiques, et même les responsabilités des acteurs chargés de sa mise en œuvre. La norme NM 10.1.008 ne s’applique qu’aux bétons destinés aux structures coulées en place, aux structures préfabriquées, aux éléments de structures préfabriquées pour bâtiments et aux structures de génie civil. Le béton peut être du béton fabriqué sur chantier, du béton prêt à l’emploi ou encore du béton fabriqué dans une usine de production de produits préfabriqués. Il doit être malaxé mécaniquement.

De toutes les façons, la norme spécifie toutes les exigences applicables aux constituants du béton, aux propriétés du béton frais et durci et à leur vérification, aux limitations imposées à la composition du béton, à la spécification du béton, à la livraison du béton frais, aux procédures de contrôle de production, aux critères de conformité et à l’évaluation de la conformité. La norme NM 10.1.008 s’applique au béton de masse volumique normale, au béton lourd et au béton léger. La norme NM 10.1.008 ne s’applique pas au béton aéré, au béton mousse, au béton à structure ouverte (bétons caverneux), au béton de masse volumique inférieure à 800 kg/m3 et au béton réfractaire.


Abdellah Choukir
Directeur du Centre expérimental des matériaux et du génie industriels (CEMGI) du LPEE

Les Inspirations ÉCO : Qu’est-ce qui distingue l’ancienne norme du béton de la norme NM 10.1.008 entrée en vigueur en juin 2010 ?
Abdellah Choukir : L’ancienne norme relative au béton visait un objectif principal, à savoir la résistance. La stabilité des ouvrages était alors assurée par l’épaisseur et la résistance du béton de l’enrobage. C'est-à-dire qu’avec une épaisseur minimale d’enrobage, le béton devait protéger les armatures contre la corrosion en limitant les ouvertures des fissures et les contraintes dans les aciers. Par conséquent, des dégâts sous forme de corrosion ou de décollement ont été constatés sur les ouvrages construits suivant cette approche. Quant à la norme NM 10.1008, elle a été mise en place pour dépasser ces insuffisances dues par l’environnement et aller au-delà. Elle introduit ainsi la notion de durabilité et donc d’environnement, c'est-à-dire une constance des objectifs dans le temps. Avec la NM 10.1.008, le béton est élaboré en tenant compte des agressions auxquelles il doit faire face dans l’environnement où l’ouvrage qui l’accueille est édifié, d’où l’entrée en compte de la chimie du béton. Avant on faisait juste des essais mécaniques et physiques. Depuis l’entrée en vigueur de la NM 10.1.008, on a ajouté des essais chimiques et géologiques.

Sur quoi faut-il vraiment agir pour assurer la durabilité du béton ?
Le béton est constitué de deux barrières : une barrière physique et une barrière chimique. Il en résulte que, pour assurer sa durabilité, il faut améliorer les éléments constitutifs de ces deux barrières, à savoir la porosité, la perméabilité et la diffusivité et limiter un certain nombre de réactions chimiques nuisibles..

Pensez-vous qu’avec l’élan donné par la COP22, la NM 10.1.008 sera appliquée par tous ?
Nous l’espérons vivement ! En effet, la COP22 a rappelé à tous que le Maroc s’est, irrévocablement, engagé vers un modèle de développement qui respecte les principes du développement durable. La NM 10.1.008, qui est une norme d’application obligatoire qui respecte ces mêmes principes, permet au Maroc d’avoir des infrastructures et des ouvrages de qualité. Les professionnels de l’acte de bâtir doivent enfin sauter le pas. Les pouvoirs publics doivent, eux aussi, mettre en place tout le dispositif de contrôle nécessaire pour l’imposer.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages