Le tweet déclencheur de la polémique, a été publié par le directeur général de l’équipe texane des Houston Rockets, Daryl Morey, un tweet en soutien au mouvement de protestation à Hong Kong.

Lundi, la télévision publique chinoise, CCTV, a annoncé qu’elle ne retransmettrait plus les matchs de cette équipe des Houston Rockets et que les contrats de sponsors sont susceptibles d’être annulés.
 
Hu Xijin, le rédacteur en chef du quotidien chinois Global Times, a réagi sur Twitter, selon lui, «Daryl Morey n’est pas qualifié pour être le manager général des Houston Rockets. Les entités économiques et culturelles qui s’engagent dans des opérations au-delà des frontières doivent être prudentes dans l’expression d’opinions dans des affaires sensibles».
 
La NBA a, à son tour réagi lundi et a reconnu que Morey avait «offensé nos amis et fans en Chine, ce qui est regrettable».
 
Lors d’une conférence de presse à Tokyo, le basketteur vedette des Houston Rocket James Harden, a présenté ses excuses, au nom de son équipe, auprès de la Chine "Nous nous excusons. Nous aimons la Chine. Nous aimons jouer là-bas", a déclaré James Harden en présence de son coéquipier Russell Westbrook .
 
Selon le Wall Street Journal, la ligue nord-américaine a récemment signé un accord de diffusion en streaming avec le géant chinois Tencent, qui porterait sur 1,5 milliard de dollars jusqu’en 2025.
 
Cette polémique intervient alors que Washington vient de placer 28 entreprises chinoises de tech sur une liste noire, en sanction à la participation de ces entreprises, spécialistes de la vidéosurveillance et de l'intelligence artificielle, à la répression d’au moins 1 million de musulmans Ouïghours détenus dans des camps.

 

Le Flash Sport

0
Partages
0
Partages