Le Cameroun écarté de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations, et maintenant qu’une deadline a été annoncée par les dirigeants de la Confédération africaine de football pour désigner un autre pays hôte pour ce rendez-vous continental, quelles options se présentent devant la CAF?

Même avec l’ouverture de la porte à de nouvelles candidatures, le Maroc reste la piste qui revient le plus dans les pronostics des experts du football africain.

Certes, le royaume a déjà fait montre de son intérêt à reprendre les choses en main, mais ce n’est pas là la seule raison-avouons-le- susceptible de faire pencher la balance de son côté. Les choses seraient trop faciles ainsi ! D’autant que la CAF n’a pas encore eu le temps d’étudier des pistes alternatives, puisqu’il y a encore quelques semaines, la Confédération affirmait n’avoir jamais réfléchi à zapper le Cameroun, en dépit de la chaîne de retards constatés dans les préparatifs.

Le Maroc, mais encore? Quels autres pays pourraient réussir là où le Cameroun a échoué à convaincre? Une fois cette question posée, la sélection naturelle s’opère de facto. Peu de pays ont aujourd’hui la capacité d’accueillir une manifestation sportive avec 24 équipes.

Parmi les probabilités posées, l’option égyptienne semblait sérieuse pour plusieurs analystes. Or, ce pays a clairement tranché la question en déclarant vendredi dernier son intention de ne pas déposer sa candidature. Reste l’Afrique du Sud, conséquent poids lourd, puisqu’ayant organisé la Coupe du monde (2010). Pour autant, ce pays aussi n’a pas montré son intérêt à ce dossier, en relation peut-être avec le fait de s’être vu retirer, pour raisons financières, des Jeux du Commonwealth qui devaient se tenir à Durban pour la première fois en Afrique.

Cela au moins, est pour injecter une dose de crédibilité à l’option marocaine. Les médias internationaux, citant des sources fédérales, croient savoir que le Maroc pourrait annoncer sa candidature de façon imminente. Même la déclaration aux médias de Magdi Abdel Ghani, membre du conseil d'administration de la fédération égyptienne, verse dans ce sens: il y a "un consensus pour que le Maroc accueille la compétition".

"Le Maroc est la solution idéale pour la CAF, les six villes qui doivent accueillir la CAN sont prêtes avec les six stades", a déclaré de son côté le chercheur en sport, Moncef El Yazghi, rappelant la réactivité du royaume lorsqu’il a accueilli le Championnat d'Afrique des nations (CHAN) en remplaçant le Kenya sur une décision qui n'a été prise que quelques mois avant la compétition".

Vidéothèque

Vidéothèque

0
Partages
0
Partages