A lire aussi

13-11-2018 11:30

Mondial 2022.. La main tendue de l’Iran

Alors que beaucoup mettent en doute les capacités du Qatar à accueillir la première coupe du monde…
Rejoignez nous sur :

La version restylée de la C4 Cactus arrive dans le réseau de Sopriam, l’importateur marocain de Citroën. La compacte de Citroën cultive toujours sa différence à travers sa silhouette inimitable et promet surtout un confort de roulement unique dans son segment.

D’une année à l’autre, les compactes se suivent et se ressemblent, mais celle de Citroën joue la carte de la différence. Lancée en 2014, la C4 Cactus s’est très tôt différenciée par sa silhouette à mi-chemin entre berline et SUV ainsi que son intérieur orienté sur le confort et la praticité. Des arguments qui font toujours le gros des ingrédients utilisés sur la version restylée de ce modèle. Un lifting au sortir duquel la C4 Cactus perd quelques artifices de carrosserie mais gagne énormément en finesse.

Une silhouette «berlinisée»
À sa sortie, la première C4 Cactus ne se contentait pas de remplacer la C4, versant un brin dans l’univers du SUV. Une orientation crédibilisée par la présence de barres de toit, de passages de roue en plastique noir puis surtout ses Airbumps : d’épaisses protections en plastiques au beau milieu des portes et jusqu’au niveau des projecteurs. En passant par la case «restylage», la C4 Cactus retourne aux sources et se veut un peu plus berline qu’auparavant. Les barres de toit passent à la trappe (mais restent proposées en option), les Airbumps s’affinent et migrent de façon stylée vers le bas des portes tandis que la face avant affiche moins d’agressivité. En effet, s’il est toujours question d’un éclairage sur trois niveaux, les nouveaux projecteurs s’avèrent plus arrondis. Ils sont toujours surmontés de feux de jour mais qui se prolongent désormais visuellement à travers les deux barrettes de la calandre. À l’arrière, les principaux changements concernent le bouclier redessiné ainsi que l’adoption de blocs de feux inédits et plus larges. En somme, ces évolutions font que la C4 Cactus a gagné en maturité et en qualité, perçue avec même un air plus sophistiqué.

Confort, espace et connectivité
Autant de qualificatifs qui conviennent à l’habitacle. Pourtant, les gros changements n’apparaissent pas à l’œil nu. En effet, les concepteurs du véhicule se sont surtout attelés à améliorer le confort, l’insonorisation et donc la vie à bord. Au-delà de leurs nouveaux motifs, les sièges évoluent dans leurs entrailles. Brevetés sous le nom de «Advanced Comfort», ces sièges intègrent une couche supplémentaire de mousse à haute densité afin d’offrir plus de confort sur les longs trajets et d’éviter leur affaissement prématuré dans le temps. Pour le reste, l’intérieur brille toujours par son habitabilité (y compris à l’arrière) et ses astuces de rangements, comme ses larges vide-poches dans les portes et sa boite à gant qui s’ouvre par le haut. Dans le réseau de Sopriam, la C4 Cactus est disponible en trois finitions dites : Live, Feel et Shine. L’équipement est dès le premier niveau complet, incluant notamment, la climatisation (manuelle), l’écran tactile 7’’ avec interface Bluetooth, le régulateur de vitesse, le capteur de crevaison et même les phares antibrouillard avec éclairage d’intersection. Outre quelques chromes sur la carrosserie, la finition intermédiaire ajoute surtout des jantes alu’ de 16’’, le radar de recul et la fonction «mirroring» pour smartphone. C’est surtout la finition Shine qui fait la différence avec, entre autres équipement, la clim’ auto bizone, des jantes alu’ de 17’’, l’accès mains-libres et le démarrage par bouton, le radar de stationnement à l’avant, la caméra de recul, les capteurs de pluie et de luminosité ou encore ses vitres sur-teintées.

Suspensions inédites et prometteuses
Mécaniquement, c’est toujours le 1.6 diesel de 100 ch adossé à une boite manuelle à 5 vitesses qui est retenu pour l’offre Maroc. Rebaptisé BlueHDi du fait de son filtre à particules additivé, ce moteur promet moins d’émissions polluantes et un appétit très modéré à la pompe (3,6 l/100 km en cycle mixte). La grande nouveauté mécanique se situe dans les liaisons au sol puisqu’il s’agit de ses suspensions dites à butées hydrauliques. De par leur conception, ces amortisseurs garantiraient «un confort souverain (…) filtrant les irrégularités de la chaussée sans dégrader le comportement et l’agrément de conduite». Si bien que le constructeur parle d’un «effet tapis volant» ! Bref, une véritable voiture à vivre et une ode au confort si l’on s’en tient aux dires de la marque. Reste une question : pourquoi les têtes pensantes de Citroën ont opté pour un suffixe aussi piquant, épineux et incommodant ? Incarnant tout l’inverse, la C4 Cactus promet une belle et agréable expérience de conduite tout en affichant une grille tarifaire en phase avec le marché. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages