A lire aussi

12-12-2019 09:32

Amazigh: El Otmani fixe les deadlines aux institutions de l'Etat

Compte à rebours lancé! Le Chef du gouvernement a signé, mardi dernier, une circulaire relative à…
Rejoignez nous sur :

Résultat de recherche d'images pour "enseignement au maroc leseco.ma"

Le classement PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), est une étude publiée tous les trois ans qui mesure les performances des systèmes éducatifs des pays étudiés, pour le classement publié en 2019. Le Maroc n’a ni avancé ni régressé.

Le classement du Pisa est le fruit d’une étude menée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui vise à mesurer les performances des systèmes éducatifs des pays membres et partenaires, dont le Maroc.

Les asiatiques toujours premiers

Les performances de 79 pays sont comparées, le nôtre reste parmi les derniers du classement. Les pays qui l’emportent haut la main sont, comme d’habitude, des pays asiatiques. Les élèves de 15 ans des quatre provinces/municipalités chinoises participantes –Pékin, Shanghai, Jiangsu et Zhejiang– devancent en mathématiques et en sciences ceux des 78 autres systèmes d’éducation participants.

De plus, les 10% d’élèves les plus défavorisés de ces quatre juridictions se distinguent par de meilleures compétences en compréhension de l’écrit que l’élève moyen dans les pays de l’OCDE souligne le rapport. Ces provinces sont suivies de Singapour, Macao et Hong Kong. L’étude ajoute que ces brillants résultats coûtent toutefois le bien-être des élèves.

En effet, la réussite scolaire à tout prix fait que les cours particuliers tous les soirs ne laissent aucun répit aux plus jeunes. Les pays asiatiques sont suivis de très près par l’Estonie, le Canada et la Finlande, où les bonnes performances scolaires sont associées à l’équité sociale et le bien-être des élèves.

Le cas du Maroc

Concernant le Maroc, le royaume a obtenu une moyenne de 359 points en compréhension de l’écrit, soit un score très bas par rapport à la moyenne de l’OCDE (487 points). Notre pays se place parmi les derniers du classement, surpassé par l’Arabie Saoudite avec 399 points, l’Indonésie avec 371 points. Le Maroc est talonné par le Kosovo avec (353 points). Les derniers pays dans la compréhension de l'écrit sont la République dominicaine (342 points) et les Philippines (340 points). Les pays de l’OCDE les plus performants en compréhension de l’écrit -le Canada, l’Estonie, la Finlande et l’Irlande- affichent un score moyen d’environ 520 points.

Pour ce qui est des mathématiques, le score du Maroc est légèrement plus haut avec 368 points, mais qui reste très bas par rapport à la moyenne mondiale qui se fixe à 440 points. En mathématiques, le Maroc est également dépassé par l’Arabie Saoudite et l’Indonésie, avec respectivement 373 et 979 points, et dépasse le Kosovo et Panama avec respectivement 366 et 368 points.

Les pays asiatiques sont les plus performants en mathématiques, les sept pays d’Asie présents dans le classement comptent les plus grandes moyennes : les provinces de Pékin-Shanghai-Jiangsu-Zhejiang (591 points), Singapour (569 points), Hong Kong (551), Macao (558 points), Taiwan (531 points), le Japon (527 points) et la Corée du Sud (526 points).

Le score du Maroc en sciences est de 377 points, sur une moyenne universelle d’environ 463 points. Même en sciences, le Maroc est dépassé par l’Arabie Saoudite et l’Indonésie avec, respectivement, 386 et 396 points, et dépasse le Kosovo et le Panama qui obtiennent tous les deux 365 points. Les plus hauts scores sont enregistrés, encore une fois, par les pays asiatiques, les provinces chinoises arrivent en première position avec une moyenne de 590 points.

Le rapport Pisa ajoute que le pourcentage d’élèves très performants dans au moins l’un des domaines au Maroc est de 0.1% et que le pourcentage d’élèves peu performants dans les trois domaines est de 66%. Le score enregistré par le Maroc ne diffère pas de celui enregistré lors des études précédentes. Toutefois, l’étude observe une grande diversité linguistique dans des pays où le pourcentage d’élèves issus de l’immigration est relativement peu élevé. Le pourcentage d’élèves ayant déclaré parler la plupart du temps une langue autre que la langue d’enseignement en famille est supérieur à 80% au Maroc, avec des pays comme le Liban, les Philippines et Brunéi Darussalam.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages